Accueil Conducteur du jour Le conducteur du jour: sur le papier, ça devait marcher

Le conducteur du jour: sur le papier, ça devait marcher

114
5
PARTAGER

Voici une Talbot 1100 VF2, qui a été bleue dans une autre vie. A l’heure où PSA et GM échangent des actions, ce petit utilitaire est là pour rappeler les errements passés du groupe français. Et au cas où les deux groupes voudraient faire du rebadgage en règle, ils leur rappellera aussi qu’on ne peut pas mettre n’importe quel nom sur n’importe quel modèle.

A l’origine, il y a la Simca 1100, l’un des premières compacte à traction avant. Lancée en 1967, elle a un dérivé utilitaire 6 ans plus tard, la VF2. La 1100 VF2 sert de base au Matra Rancho.

Tout bascule en 1978, alors que la millionième 1100 sort de chaine et qu’elle s’oriente vers une pré-retraite. Chrysler revend Simca à PSA. En 1979, les voitures prennent le nom de « Talbot-Simca », puis de « Talbot ».
Pour les plus vieux, Talbot, c’était les Talbot-Lago. Un constructeur de voitures de luxe et de GT, qui jouait dans la même court qu’Aston Martin et Jaguar (du moins, dans la tête de Tony Lago), vainqueur de Grands Prix et des 24 heures du Mans. Et pour ceux qui ont la mémoire courte, PSA fait poser les ex-Simca en compagnie d’une monoplace T26, à Montlhery!
Que Peugeot décide d’appeler « Talbot » l’Horizon, La 1610/1510 ou la Sunbeam TI passent encore pour les puristes. Mais pour l’utilitaire 1100 VF2, là, c’est un sacrilège!

Dés 1978, la gamme de la 1100 est simplifiée et elle s’efface finalement en 1981. Par contre le VF2 reste au poste. A l’époque, il accuse le coup esthétiquement. En plus, il n’est même pas disponible en diesel. Mais il continue d’être produit car Peugeot et Talbot n’ont rien d’autre en stock!
La VF2 attendra le naufrage de Talbot, en 1985, pour enfin partir. Elle n’est pas complètement responsable de l’échec de la marque. Mais elle témoigne parfaitement du manque de moyens et surtout, du mépris de « l’univers » Talbot par PSA. Deux des causes du bide.
Notez qu’à ce jour, la famille Peugeot reste traumatisée par Talbot. Elle refuse systématiquement tout rachat et toute alliance poussée avec un constructeur!

Bonus: outre -manche, avant de vendre à Peugeot, Chrysler avait décidé que les utilitaires porteront la marque Dodge. Ainsi, il existe une Dodge 1100 VF2!

A lire également:
Le conducteur du jour: la panthère noire blanche
Le conducteur du jour: une Samba en pleine hiver

Poster un Commentaire

5 Commentaires sur "Le conducteur du jour: sur le papier, ça devait marcher"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
xav
Invité

mon pére à posseder plusieurs vf2 durant mon enfance, et ben j’peux vous dire que ce n’est pas mes meilleurs souvenirs de jeunesse, à tel point que ces photos me font une petite sueur dans le dos.
Incroyable que certains roulent encore là dedan (même économiquement: entre l’essence et l’entretien des freins, de la rouille…).

Roger
Invité

Ah… les pleutre toujours entrain de trop parler.

xav
Invité

Je sais pas quel est le sens de ton commentaire Roger mais j’ai trouvé cet article trés bien venu, le VF2 est particuliérement oublié des mémoires. Juste que ces photos m’ont touché sentimentalement: l’exemplaire présenté resemble à s’y meprendre à ceux que j’ai connu jadis, c’est tout.

carrera6
Invité

J’ai toujours vu cette version fortement rongée jusqu’au chassis par une rouille dévorante…. Notamment les portes battantes arrières.

Toutennuance
Invité

C’est quand même dingue cette histoire de Marque… dire que la 1100 était dans les années 70 la voiture la plus vendue en France! Si, si, c’est vrai.

wpDiscuz