Accueil Constructeurs Essai: Opel Insignia 2.0 BiTurbo CDTI, un nouveau moteur (1/3)

Essai: Opel Insignia 2.0 BiTurbo CDTI, un nouveau moteur (1/3)

182
6
PARTAGER

Dans un souci d’amélioration continue, Opel présente pour 2012 un moteur diesel d’une puissance de 195ch et équipé de 2 turbos pour venir chapeauter la gamme de sa familiale à succès, l’Insignia. Nous commençons aujourd’hui avec la présentation du moteur avant de revoir plus en détail le comportement et les équipements du fleuron diesel de la gamme.

Une base connue
Le 2.0l CDTI est basé sur la variante existante de 160ch. Le bloc moteur est en fonte tandis que la culasse est en aluminium. Les pistons ont un alésage de 83mm et une course de 90,4mm (cylindrée réelle de 1956 cm3). Il s’agit donc d’un moteur longue course, favorable pour le couple au détriment des performances à haut régime.

2 turbos pour une disponibilité à tous les étages

Basé sur le 2.0l CDTI de 160ch existant, Le 2.0l BiTurbo est équipé de 2 turbocompresseurs en séquentiel. A bas régime, un petit turbo va assurer un couple disponible très tôt et à haut régime, un turbo de dimension plus généreuse va booster les performances du moteur. A mi-régime, les 2 turbos fonctionnent de concert. Le gros turbo pourra atteindre une vitesse de rotation de 180.000 tr/min tandis que le petit tutoiera 270.000 tr/min. Le 2.0l BiTurbo est par ailleurs équipé d’une rampe commune de 3ème génération portant la pression d’injection à près de 2.000 bar.

Dans les faits, le 2.0l BiTurbo CDTI procure 195ch à 4000 tr/min et un couple de 400 Nm de 1750 tr/min à 2500 tr/min dont 320 Nm disponibles dès 1250 tr/min. Ainsi parée, Opel promet une accélération de 0 à 100 km/h en 8.7s (2 roues motrices) et une vitesse maximum de 230 km/h.

Un système de refroidissement poussé

Afin d’assurer des performances optimales à bas régime, le petit turbo est refroidi à l’aide d’un échangeur air/eau dédié. Gérant un volume de 2l d’air, l’échangeur est situé juste au-dessus du petit turbo. Ainsi, l’air compressé est au plus près pour atteindre la chambre de combustion, garant d’un temps de réponse très rapide.

Un appétit mesuré
La motorisation CDTI BiTurbo est conforme aux normes Euro 5. A ce titre, elle est équipée d’office d’un Start & Stop et comporte un catalyseur d’oxydation (DOC) et un filtre à particule (FAP) pour assurer la dépollution des gaz d’échappement. D’autre part, grâce à des injecteurs de dernière génération (pouvant gérer jusqu’à 8 injections par cycle), la température dans les cylindres est abaissée, permettant de limiter les rejets des NOx (toutefois, ce moteur devra nécessairement être équipé de dispositif de dépollution supplémentaire pour être conforme aux normes Euro 6).

A lire également:
Opel et le premium : on en reparle…
Opel Insignia CrossFour

Essai: Opel Insignia 2.0 BiTurbo CDTI 4×4 (2/3)
Essai: Opel Insignia 2.0 BiTurbo CDTI, 2 roues motrices ou 4×4? (3/3)

Crédits photos: Opel

[zenphotopress album=12849 sort=latest number=10]

Poster un Commentaire

6 Commentaires sur "Essai: Opel Insignia 2.0 BiTurbo CDTI, un nouveau moteur (1/3)"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
alex
Invité

Rien de nouveau SAAB la fait bien avant …
9 3 TTID …
Dommage pour SAAB de nous avoir quitté ..

karuk
Invité

Oui c’est bien SAAB avec le 1.9 l Multijet de Fiat qui équipe aussi la Lancia Delta 1.9 l biturbo !!!!!

karuk
Invité

Ne pas oublier que cette Opel qualité allemande?????? , est équiper d’un moteur d’origine Fiat !!!!!!!!!!!

Joest Jonathan Ouaknine
Editor

On m’aurait menti? Les Opel ne seraient pas 100% allemande?

MiguelAnge
Invité

GM et diesel font -1. D’où leur intêret pour PSA…

wpDiscuz