Accueil Audi Essai occasion: Audi A4 2.0 TDi Multitronic

Essai occasion: Audi A4 2.0 TDi Multitronic

323
2
PARTAGER

Ecouler des voitures, Audi sait le faire presque mieux que personne. Aussi, nombre des satisfaits après y avoir goutée en veulent une autre.  Logiquement les modèles aux Anneaux inondent également le marché de l’occasion. En route pour un galop d’essai au volant d’une A4 de moins de 3 ans, dont la première vie fut particulièrement remplie, avec un compteur affichant 114 800 km.

Chaque fois qu’Ingolstadt sort une nouvelle berline le phénomène se voit renforcé… rien ne s’apparente plus à une Audi, qu’une Audi. Ainsi, l’A4 ressemble à s’y méprendre à bien d’autres modèles du catalogue, au point qu’un œil non exercé ne saura pas forcément devant quoi il se tient debout. Calandre Single Frame, feux caractéristiques, profil élancé il ne manque a priori rien. La couleur noire visuellement plait beaucoup et apporte beaucoup de classe, surtout sur une auto de ce standing. Néanmoins il y a un revers à la médaille, à savoir un entretien sans faille. Dans le cas contraire, le moindre accro ou la plus insignifiante rayure apparait comme un énorme bouton d’acné au milieu de la figure. En plus de cela, la poussière et toutes les projections en tout genre adorent s’exhiber fièrement sur le noir, histoire de mieux attirer l’attention.

Les 114 800 km parcourus ne se ressentent pas à l’intérieur, et pour cela il vaut mieux remercier le propriétaire précédent plutôt qu’Audi. On aura beau employer les plus beaux et solides matériaux du monde, sans soin l’habitacle survivra plus ou moins facilement à l’usure. Une fois n’est pas coutume, pour notre modèle d’occasion, il n’y a strictement rien à dire à ce niveau. Si le noir de l’extérieur vous vaudra une carte de fidélité au lavage haute pression, cette couleur à l’intérieur en revanche facilite le travail et on peut se permettre une rigueur un peu plus lâche quand il s’agit de passer l’aspirateur et le chiffon. Cela étant cet exemplaire visiblement issu du renouvellement d’un véhicule de société, a sans doute peu vu plus de deux personnes de manière régulière, à l’instar d’une banquette arrière aussi neuve qu’à sa sortie d’usine.

Côté mécanique, l’historique révèle un carnet d’entretien à jour. En ce qui concerne les réparations, on n’en note aucune. Et si l’auto a déjà vécu près de 115 000 km sans soucis, on peut penser qu’a priori les premiers n’arriveront pas encore demain. Sous notre capot le multidiffusé 2.0 TDi de 143 chevaux, accouplé à une boite dite « multitronic ». Il s’agit de la transmission à variation continue à courroie métallique sous bain d’huile de chez Audi. Histoire de la rapprocher d’une conduite à boite automatique classique, le constructeur lui a accolé pas moins de 8 rapports « virtuels » avec un semblant d’à-coup à peine perceptible pour simuler le passage d’une vitesse. L’illusion a été bien réalisée, puisqu’un quidam non exercé aux subtilités des différentes transmissions ne devrait pas détecter la nature de la technologie sous le sélecteur. La puissance disponible en cas de besoin, en plus de la douceur à allure stabilisée font de cette A4 une routière parfaite qui on le comprend, fait le bonheur des flottes.

Au final, reprendre un ex-véhicule de société d’occasion n’apparait pas comme une mauvaise affaire. Notamment parce que contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces voitures sont tout, sauf négligées. Au contraire, elles font même partis de ces premières mains où l’on a l’assurance d’un suivi parfait. Et cela relève d’une encore plus grande importance quand il s’agit d’un modèle fortement kilométré, comme cet exemplaire d’Audi A4.  Un choix à prendre en compte quand on recherche une familiale qui ne ressemble pas à un monospace…  Pour indication, notre modèle à disposition vendu à 21 490€, s’échange en dessous de la cote de référence.

http://www.dailymotion.com/swf/video/xkw7k4
Essai occasion – Audi A4 par leblogauto

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Essai occasion: Audi A4 2.0 TDi Multitronic"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
Plouf
Invité

Cette voiture a du faire surtout de l’autoroute. Ca preserve.

A4
Invité

Et non Plouf, cette voiture tient vraiment la route, c’est le cas de le dire. Il faut attendre quand même les 250 000km pour commencer à rencontrer les premières réparations. C’est vrais que passé ce stade c’est la ruine, surtout si l’on reste fidèle au garage Audi. Enfin ce sont des petits bijoux qui je l’avoue sont de plus en plus fragile. A quand le retour des vieilles Merco qui passaient les 500 000 km (voir beaucoup plus…), au moins elle gardait une valeur à la revente même avec tant kilomètres. A +.

wpDiscuz