Accueil Sport auto Super GT 2010 – 7 Loïc Duval et la Honda HSV-010 champions...

Super GT 2010 – 7 Loïc Duval et la Honda HSV-010 champions 2010 à Motegi

22
2
PARTAGER

La Honda HSV-010 avait bien mal commencé sa carrière, s’incrustant en deux exemplaires à haute vitesse dans les barrières à l’extérieur du virage 1 à Suzuka en mars dernier sous les yeux de tout l’aréopage Honda. Rétrospectivement, cet incident apparaît désormais comme une métaphore de la proverbiale bouteille de champagne inaugurale fracassée contre un nouveau navire pour lui souhaiter bon vent… Bon vent il y eut. Loïc Duval, Takashi Kogure et l’équipe Dome ont obtenu à Motegi, encore une fois sous les yeux de l’état-major Honda, le premier titre de la nouvelle auto à l’issue de sa première saison. Ce fantastique résultat permet en outre à Loïc d’entrer à son tour après son compatriote Benoît Tréluyer dans le cénacle très réduit des pilotes ayant décroché les deux titres importants du sport auto japonais : Formula Nippon et Super GT.
Qualifications
Pas moins de neuf équipages pouvaient encore prétendre au titre en arrivant à Motegi, une course qui avait une très nette allure de sprint vers la ligne : tous les lests de pénalité supprimés et seulement 250 km jusqu’au drapeau à damier. Les qualifications, effectuées sous le format de la F1 en trois séances à élimination directe, étaient cruciales pour les aspirants au championnat. Duval et Kogure, avec un seul point d’avance sur la Lexus Eneos no6 de Ito et Wirdheim n’avaient pas le choix. Il fallait être devant les Lexus. Le duel fut serré, mais c’est la Honda qui a signé en toute fin de Q3 la pole aux mains de Kogure, accrochant au passage un nouveau record de la piste. La Lexus no6 n’était pas en reste avec un temps à 6 centièmes seulement de la HSV-010. Derrière les deux adversaires, le classement du championnat était quasiment respecté à la lettre avec la Honda Keihin no17 à la troisième position, la GT-R Impul no12 à la quatrième et la Lexus Petronas TOM’S no1 cinquième.

En GT300, là aussi l’indécision régnait en maître avec 6 équipages capables de devenir champions. Parmi ceux-ci Yanagida/Hoshino, assez loin au classement mais avec un coup à jouer, signaient un peu à la surprise générale (et la leur également) la pole de la catégorie sur leur Nissan Z no3 devant la Porsche Hatsune Miku no9 et la première Gallardo du JLOC, la no86. Les autres favoris, dont les inoxydables Nitta/Takagi sur la non moins vénérable (mais toujours verte, même si elle est orange) Garaiya no43 et la RX-7 Amemiya no7 suivaient un peu plus loin.

Course GT500
La course s’annonçait des plus tendues, mais la mine effondrée de Bjorn Wirdheim sur la grille trahissait le coup de théâtre qui venait de se produire juste avant le départ. Le pilote suédois, en ignorant le feu rouge à la sortie de la pitlane pour son tour de mise en grille, venait d’écoper d’une pénalité de 20 secondes avant même que le tour d’installation ne commence. Exit la Lexus no6, la tâche de la Honda devenait facile, d’autant que Loïc Duval s’imposait sans difficulté au premier virage et prenait les opérations en main. Une promenade de santé ? C’était sans compter avec un André Lotterer déchaîné. Le pilote allemand de la Lexus no1 passait la GT-R Impul dans le premier tour, la Honda Keihin un peu plus tard et remontait vers la Honda de tête à rythme soutenu. Il passait vers la mi-course Duval qui, raisonnablement, ne lui offrait pas trop de résistance. Un peu plus loin derrière, la course était animée, comme souvent, par Benoît Tréluyer sur la GT-R Nismo no23. Mal qualifié, le Français faisait un festival dans le premier tiers de l’épreuve en passant pas moins de 5 voitures mais devait baisser un peu le rythme ensuite du fait de soucis avec ses gommes.

Après les ravitaillements, Kogure qui avait pris le relais de Loic au volant de la HSV-010 revenait dans les roues de la Lexus no1 désormais pilotée par Wakisaka et décidait que la meilleure façon de fêter le titre serait de passer le premier sous le drapeau à damiers. Wakisaka ne l’entendait pas de cette oreille. Les 20 derniers tours de la course se transformaient en une lutte terrible entre les deux hommes, qui échangeaient freinage tardifs et coups de portières dans un mano a mano brillant, viril mais correct comme on dit en rugby. Un excellent spectacle pour les spectateurs, moins pour les teams des deux hommes, en particulier chez Dome Honda où les battements cardiaques couvraient quasiment le bruit des moteurs à pleine puissance dans la ligne droite. Mais malgré tous ses efforts le pilote de la Honda HSV-010 ne pouvait venir à bout de la Lexus qui franchissait la ligne en tête. Un très beau final pour un championnat qui aura tenu toutes ses promesses et une très importante victoire pour Honda Racing qui se devait de justifier la mise sur la piste de la version course d’une voiture dont Honda a décidé qu’elle ne serait pas mise en production. De quoi reconsidérer la question ?

Course GT300
L’objectif de Yanagida et Hoshino était simple : gagner, et prier pour que les circonstances empêchent la Garaiya et la RX-7 de marquer de gros points. Les deux pilotes de la Nissan Z du Hasemi Motorsport ont fait sans difficulté leur part du scénario, Hoshino construisant dans le premier tiers de l’épreuve un écart permettant de gérer la situation jusqu’à l’arrivée. Yanagida expliquait d’ailleurs après la course qu’il avait du mal à se concentrer dans les derniers tours, étant aux premières loges du duel entre les deux premiers de la catégorie supérieure.
Derrière, les autres favoris avaient bien du mal. La Toyota Corolla Axio no74 partait à la faute en tout début d’épreuve, la Mazda RX-7 no7 paraissait un moment en mesure de finir sur le podium mais régressait a l’issue de son ravitaillement, tout comme la Garaiya no43 dont ce n’etait vraiment pas le jour. Encore un titre loupe de peu pour Morio/Nitta, qui peuvent se consoler en se disant que si le championnat se jouait sur les derniers cinq ans ils seraient facilement vainqueurs.

Yanagida/Hoshino franchissaient donc la ligne en loin devant la Shiden no2 et décrochaient leur deuxième titre de champions de la catégorie en 3 ans.

Et voilà pour la saison 2010 de Super GT. Enfin pas tout a fait, puisque tout le monde se retrouvera a Fuji les 13 et 14 novembre pour la Fuji Sprint Cup, un évènement hors championnat où courront les GT et les Formula Nippon avec deux courses pour chaque catégorie entre le samedi et le dimanche. Aucun titre n’est a la clé, mais le prestige de l’évènement fait que personne ne fera semblant.

Photos: PLR/le blog auto

Motegi 250 km

Classement GT500
1. 1 PETRONAS TOM’S SC430 Juichi Wakisaka/Andre Lotterer
2. 18 Weider HSV-010 Takashi Kogure/Loic Duval
3. 17 KEIHIN HSV-010 Toshihiro Kaneishi/Koudai Tsukakoshi
4. 35 MJ KRAFT SC430 Hiroaki Ishiura/Kazuya Oshima
5. 12 CALSONIC IMPUL GT-R Tsugio Matsuda/Ronnie Quintarelli

Classement GT300
1 3 TOMICA Z Kazuki Hoshino/Masataka Yanagida
2 2 Apple・K-one・Shiden Hiroki Katoh/Hiroshi Hamaguchi
3 86 JLOC Lamborghini RG-3 Koji Yamanishi/Yuhi Sekiguchi
4 11 JIMGAINER DIXCEL DUNLOP F430 Tetsuya Tanaka/Katsuyuki Hiranaka
5 5 MACH GOGOGO SHAKEN408R Tetsuji Tamanaka/Haruki Kurosawa

Classement final du championnat pilotes GT500
1 18 Takashi Kogure/Loic Duval 67 pts
2 1 Juichi Wakisaka/Andre Lotterer 62 pts
3 17 Toshihiro Kaneishi/Koudai Tsukakoshi 53 pts
4 6 Daisuke Ito/Bjorn Wirdheim 51 pts
5 12 Tsugio Matsuda/Ronnie Quintarelli 47 pts
6 35 Hiroaki Ishiura/Kazuya Oshima 45 pts
7 23 Satoshi Motoyama/Benoit Treluyer 41 pts
8 100 Takuya Izawa/Naoki Yamamoto 40 pts

Classement final du championnat pilotes GT300
1 3 Kazuki Hoshino/Masataka Yanagida 64 pts
2 43 Morio Nitta/Shinichi Takagi 55 pts
3 7 Nobuteru Taniguchi/Ryo Orime 52 pts
4 2 Hiroki Katoh/Hiroshi Hamaguchi 50 pts
5 74 Takuto Iguchi/Yuji Kunimoto 47 pts
6 46 Naoki Yokomizo/Tsubasa Abe 43 pts

Lire également:
Super GT 2010 – 1 : la ténacité d’Oliviera et Yasuda récompensée
Super GT 2010 – 2 : Kogure et Duval inaugurent le palmarès de la HSV-010 à Okayama
Super GT 2010 – 3 : Festival Lexus à Fuji
Super GT 2010 – 4 Doublé Nissan à Sepang à l’issue d’une course virile
Super GT 2010 – 5 : deux Honda HSV-010 pour une arrivée d’anthologie à Sugo
Super GT 2010 – 6 : les outsiders à la fête pour les 700 km de Suzuka

Super_GT_Motegi_-3Super_GT_Motegi_-1Super_GT_Motegi_-2Super_GT_Motegi_-4Super_GT_Motegi_-5Super_GT_Motegi_-6Super_GT_Motegi_-7

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Super GT 2010 – 7 Loïc Duval et la Honda HSV-010 champions 2010 à Motegi"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
matta
Invité

Joli article, intéressant en plus, merci beaucoup! J’espère un jour voir ce championnat à la télévision.

jhz
Invité

…aréopage (pas aéro).
Ceci dit, article intéressant.

wpDiscuz