Accueil Brève rencontre Brève rencontre: Marathon

Brève rencontre: Marathon

248
2
PARTAGER

De loin, on dirait une Porsche 356 ou un coach Alpine (type A106.) Mais la voiture ci-contre est une Marathon. C’est une de ces réalisations confidentielles Françaises typique des années 50: arrivée en fanfare et aussi vite oubliée. D’ailleurs, on l’appelle volontiers « Panhard Marathon » ou « Rosengart Marathon », alors que c’est une marathon « tout court »!

L’histoire débute au lendemain de la guerre. Hanns Trippel, pape de l’amphibie (on lui devra l’Amphicar) sort d’une prison Française (car il a été membre des SA) et imagine un coupé à portes papillons, la SK10. Le carrossier Allemand Böbel en produit 20 avant de disparaitre.

La S.I.O.P. produisait des Rosengart, mais le constructeur fait faillite. Elle approche Trippel pour produire sous licence la SK10. La voiture est adaptée: phares plus haut, bicylindre Panhard 42ch (la SK10 avait un 800cm3 Zundapp) et portes suicides. Au salon de Paris 1953, elle fait sensation: c’est l’une des premières voitures en fibre de verre et l’une des premières sportives Françaises à moteur arrière.

La Marathon aurait du être proposée en version « Corsaire » (spartiate) ou « Pirate » (mieux équipée.) Enfermé à l’arrière, le moteur chauffait trop et la tenue de route était mauvaise. Et en prime, la S.I.O.P. n’était qu’un sous-traitant, pas un constructeur et encore moins un constructeur de voitures de sports. D’où un produit inabouti. Vers 1955, après une poignée de voitures, l’entreprise ferme.

Trippel contacte le Norvégien Per Kohl-Larsen et lui propose une SK10 perfectionnée. Ce dernier modifie les plans de Trippel et lance la Troll en 1956 (avec l’outillage de S.I.O.P.?) Sans payer une couronne de royalties! De toute façon, les Norvégien boudent ce coupé deux places. Quant à l’état, il bloque toute exportation: il faut vendre que du poisson! 2 ans et 5 Troll plus tard, Kohl-Larsen jette l’éponge.

En 1957, Trippel s’associe aux frères Weidner, fabricants de matériel agricole. La SK10 devient cette fois « Weidner Condor S70 » et elle débute au salon de Genève 1957. La voiture est chère et dés 1958, Karmann rachète Weidner (et il arrête la production.) De toute façon, Trippel travaille déjà sur un nouveau projet, l’Amphicar…

A lire également:
Brève rencontre: Rosengart Supetraction

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz