Accueil Essais Pilote Legends Cars le temps d’un week-end: bienvenue chez les Chtis

Pilote Legends Cars le temps d’un week-end: bienvenue chez les Chtis

99
10
PARTAGER

Qui n’a pas rêvé un jour de se retrouver harnaché, casqué, ganté et sous haute protection Nomex au volant d’une monoplace à quelques secondes d’un véritable départ de course? L’aura du pilote, de Michel Vaillant à Ayrton Senna en passant par Jim Clark et tant d’autres encore, aura fait fantasmer plus d’un enfant devant son poste de TV ou sa bande dessinée…  mais ce fantasme a parfois tendance à perdurer bien au delà de cet âge tendre. Seuls quelques maigres paliatifs tels que les courses virtuelles, les baptèmes ou les stages de pilotage semblent calmer pour un temps cette passion dévorante mais encore inassouvie. Alors pourquoi ne pas franchir le pas?

Il est temps de casser quelques mythes sur le sport auto: sport d’élite, beaucoup trop cher, niveau de pilotage très élevé, trop vieux passé 20 ans etc etc. Le sport auto n’est pas donné à toutes les bourses c’est un fait, mais il reste tout de même abordable comparé à d’autres activités lorsqu’il est pratiqué au sein d’une écurie avec un volant en location pour le week-end.

Alors oubliez vos préjugés et laissez vos craintes de côté, si vous êtes passioné de sport auto et pensez avoir un coup de volant raisonnable, lancez vous dans l’aventure, personne ne vous demandera votre palmares à l’entrée des paddocks.

Pilote de week-end: mode d’emploi.
Vous vous souvenez peut-être de notre essai Legends Cars à Marcoussis. Nous avions à cette occasion rencontré l’écurie Pulse Factory qui sévit en Legends cars Cup avec Henry Quenel et David Carvalho au volant de leurs monoplaces respectives. Chez eux comme au sein de certaines écuries, une troisième monoplace identique est disponible à la location pour un pilote et 4 courses (+ essais libres + qualifications) ou pour deux pilotes se partageant la voiture à moindre frais (2 courses chacun, une le samedi et une le dimanche+ essais libres + qualifications partagées).

Le blog auto, privilégié entre les privilégiés,  a été cordialement invité à tester le concept lors d’un week-end  à Croix en Ternois, circuit du ‘Chnord’ aussi connu pour son débit de Jupiler près des stands que pour sa météo capricieuse.

Ni une ni deux, nous voici partis aux aurores pour un débriefing à 9h du matin au circuit. Toute l’équipe de Pulse factory est sur place, accompagnée de ses rutilantes Legends cars préparées avec grand soin par Guillaume Gouble, le magicien de service comme je pourrai le constater tout au long du week-end.

Une fois les essayages de combinaison faits (aux couleurs de la Legends Cars Cup), une première série d’essais libres a lieu. C’est le moment des présentations avec le reste du plateau dont les pilotes n’hésitent pas à accueillir les nouveaux venus à bras ouverts (quitte à leur fermer violemment la porte à la première chicane). La tension commence à monter, heureusement la météo semble stable…

10h30: Une fois harnaché et en piste, j’oublie vite que mon 1m87 n’est pas idéal et retrouve très vite cette sensation de piloter un karting de 150cv. Le niveau des 10 premiers semble plutôt élevé mais la grille composée de 21 voitures offre de belles bagarres en perspective aussi bien devant que derrière. 15mn d’essais libres ne sont pas suffisantes pour faire connaissance avec cette machine si particulière mais donne une première impression de ce que sera la course, à savoir 21 furieux lachés en même temps en direction d’une épingle… ça promet.

12h30: Qualifications – Mon coéquipier et moi-même avont droit à 10mn chacun… C’est le moment de vérité, celui du chronomètre. Une fois sa session terminée, je grimpe pour mon relais qui correspond à 8 tours de piste, en théorie. Un manque d’experience certain et un excès d’adrénaline en quête du tour ultime me projètent dans le bas à gravier du double gauche au bout de 4 tours (bac à gravier qui m’a déjà été familier à plusieurs reprises sur ce circuit que j’affectionne tant).  La sanction est immédiate: 16ème temps, ce qui d’une certaine façon me rassure un peu par rapport au départ de la course auquel je pourrai assister avec un peu de recul.

15h: première course – temps sec, presque ensoleillé. Mon coéquiper est au volant de la voiture 66 et moi à l’affut pour observer les trajectoires et les zones de freinages. Après un beau départ, il pointe à la 7eme position, fait une mini sortie, se retrouve en milieu de peloton et finit par se faire harponner à l’épingle par un concurrent un peu trop enthousiaste. La voiture rentre au stands en charpie, c’est la déconfiture et un gros doute planne sur ma possibilité de prendre le volant pour la course N°2 à 18h. C’est un peu la berezinna dans l’écurie, la voiture 33 de David Carvalho, quasiment décapitée à la première épingle par un concurrent en perdition rentre au stand peu de temps après sur un camion. Heureusement Henry Quennel a finit la course sans dommages. Après une courte évaluation des dommages faits aux deux voitures, Guillaume annonce la sentence. La 33 est trop endommagée pour reprendre la piste avant dimanche, la 66 fera l’objet de tous ses efforts.

18h: les mécanos on fait un boulot remarquable et l’auto est fin prête à prendre le départ. la tension continue à grimper à la vue de nuages noirs en approche du circuit. Rappellons que les Legends Cars ont un jeu de pneus pour la saison et pas de différentiel, en d’autres termes elles ont une fâcheuse tendance au 360° dès la moindre goutte de pluie mais restons positifs, la piste est sèche.

18.01h: Un orage tropical s’abat sur Croix en Ternois dès les premiers tours de roue du warm-up, les mécanos se mettent à prier sur le bord de la piste pour retrouver leur voiture en un seul morceau, ce n’est pas gagné.

18.03h: Enfin sur la grille… Les moteurs commencent à grimper dans les tours et c’est le départ sous une trombe d’eau. Première épingle, une première voiture est déjà à l’envers ce qui me rappelle qu’il faudra y aller doucement pour prendre la mesure de la piste. La moindre accélération appuyée fait survirer instantanément l’auto sur chaque rapport et les freinages tardifs induisent un sous-virage tout aussi inquiétant, le mode chauffeur de taxi sera donc de mise sur les premiers tours.

Petit à petit, je commence à prendre le rythme de la course et à enclencher quelques dépassements. Une lutte sans merci sur les 3 derniers tours avec un concurrent se solde par une sortie de virage un peu optimiste à la sortie du pont qui manque de me projeter dans le bac à gravier, soit dans l’avant dernier virage de la course histoire de me garder en éveil, mais je garde le pied dedans, traverse partiellement le gravier et finis tout de même, épuisé mais euphorique ces 20mn de course à une honorable neuvième place qui me vaudra les félicitations des mécanos, soulagés de n’avoir pas à passer la nuit sous le châssis.

Dans le plus pur esprit du sport automobile amateur, l’équipe vannée part comme un seul homme écluser quelques litres de bière bien méritées suivies d’un gueuleton agrémenté de commentaires sur la journée du samedi.

La course du dimanche se déroule avec une grille inversée qui me positionne en deuxième ligne. Les leaders du championnat sont derrière et soucieux de ne pas finir au tas, me conseillent de ne pas freiner trop tôt au premier virage au risque d’en retrouver deux ou trois dans le cockpit au niveau de mes oreilles.
J’anticipe bien le départ, prend l’aspi sur le premier et parvient à le déboiter par la droite au bord du muret des stands. Le freinage de la première épingle arrive à grande vitesse. En bon élève studieux, je le retarde au maximum ce qui me permet de ressortir en tête de la course. L’adrénaline a tendance a me coller le pied au plancher en sortie d’épingle ce qui me vaudra de glisser à plusieurs reprises et de perdre la tête.

La boite de vitesse qui craquait durant le week-end décide malheureusement de rendre l’âme sur le 3ème rapport, le plus crucial sur ce circuit de croix dont 3 virages se prennent en 3. C’est le tête à queue immédiat et une fin de course difficile tellement la voiture est devenue inconduisible. J’atteins néanmoins le drapeau à damier sans embuche majeure en 16eme position, heureux d’avoir terminé les deux courses sans grand dommage et avec une performance plutôt honorable lors de la course de samedi.

Au delà de l’excitation de la course, l’ambiance dans les paddocks comme au sein del’écurie reste un souvenir vraiment formidable. Courir est épuisant, enivrant mais tellement plus gratifiant que tous les stages de pilotage (F1 compris et pourtant c’est aussi un de mes plus beaux souvenirs) que je ne peux que vous conseiller de vous lancer, quelque soit votre niveau de pilotage.

Si en plus vous êtes chanceux, vous repartirez avec une vidéo de l’évènement, comme notre vidéo ci-dessous en atteste.
Bonne course à tous!

http://www.dailymotion.com/swf/video/xam2fy
Course en Legends Cars, circuit de Croix en Ternois
envoyé par leblogauto
Une Production 3lezards

Un grand merci à Henry Quenel  et David Carvalho et toute l’équipe de  3ème oeil pour leur invitation et leur accueil toujours aussi chaleureux.

Legends-cars-croix-en-Ternois-14Legends-cars-croix-en-Ternois-11Legends-cars-croix-en-Ternois-10Legends-cars-croix-en-Ternois-22Legends-cars-croix-en-Ternois-26Legends-cars-croix-en-Ternois-17Legends-cars-croix-en-Ternois-13Legends-cars-croix-en-Ternois-7Legends-cars-croix-en-TernoisLegends-cars-croix-en-Ternois-19

Lire également: Essai Legends Cars

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz