Accueil Berlines Di Mora : aujourd’hui, la batterie

Di Mora : aujourd’hui, la batterie

35
4
PARTAGER

Après tous les équipements biscornus, il nous manquait la batterie de la Di Mora Natalia SLS 2. Il nous en manque encore sûrement. Malheureusement, notre imagination n’étant pas aussi fertile que celle d’Alfred Di Mora, il sera difficile de savoir quelle sera la suite du désormais mythique klaxon MP3. Trêve de bavardages, voyons donc cette batterie.

Di Mora commence toujours ses déclarations par « dans les voitures ordinaires ». Avant de nous sortir une description détaillée de l’inverseur de glute à bitougnage condensé ou du transbordeur de chiffe molle à poil dur. Bref, c’est le même topo pour la batterie, qui n’est pas normale sur la Natalia.

En effet, celle-ci comprend son propre système de maintenance avec chargeur intégré, de manière à ce que la batterie ne flanche jamais. Et c’est là qu’on comprend tout le génie de Di Mora, avec finalement une très fine logique d’interaction entre les équipements. En fait, la klaxon MP3 n’est là que pour pouvoir choisir en sonorité la fameuse devise des scouts « toujours prêt ! », en rapport direct avec la caractéristique de cette batterie révolutionnaire.

Vraiment révolutionnaire cette batterie ? On peut en douter, puisqu’il faut relier le fameux chargeur intégré à une prise de courant. En plus, le tableau de bord s’encombre d’un nouveau témoin de l’état de la batterie. Ou comment se soucier tous les jours d’un équipement qui ne vous pose habituellement problème que tous les cinq ans…

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz