Accueil Audi Essai Audi A5 Sportback 3.2l FSI Quattro

Essai Audi A5 Sportback 3.2l FSI Quattro

208
30
PARTAGER

Audi n’hésite pas à innover en lançant la version hayon (hatchback) de l’A5 et ouvrant de facto un nouveau segment offrant le meilleur de la berline, du coupé et du break en un seul modèle, répondant au nom évocateur de « Sportback ». Perturber le design de la très réussie A5 pour y ajouter un hayon était à priori risqué mais de toute évidence, pas pour les stylistes d’ingolstadt.

D’autres constructeurs, particulièrement germaniques, avaient lancé la mode « coupé 4 portes » avec entre autres Mercedes et la CLS, VW avec la Passat CC et si l’on pousse un peu le raisonnement, BMW avec le X6 dans le segment des SUV et Porsche avec la Panamera dans celui des sportives. Audi avait présenté le concept A7 Sportback à Detroit, il ne restait plus qu’à le matérialiser quitte à en produire une première version réduite.

La Sportback enrichit donc la gamme A5 d’un troisième véhicule après le coupé et le cabriolet et se destine à une clientèle plus polyvalente voulant conserver la sportivité du coupé sans en subir les limitations et le confort d’une berline, sans forcement devoir en subir l’image de plus en plus désuète. La « berline coupé 5 portes à hayon » est donc née avec une hauteur au sol  réduite de 36 millimètres par rapport à la berline A4,  un empattement allongé, 4 portes sans montant donnant sur un intérieur spacieux et sportif et dans l’ensemble une ligne effilée très élégante qui a brillamment réussit le pari d’intégrer le hayon sans aucunement perturber le design.

La Sportback propose une gamme assez riche de technologies embarquées dont l’éclairage diurne à diodes, le side assist qui signale dans le coin de votre rétroviseur la présence d’un véhicule dans l’angle mort, le stop & start ainsi qu’un système de récupération de l’énergie au freinage permettant de réduire la consommation de 3 %.

Pour les clients Audi un peu hésitants, l’A5 Sportback pourrait bien être la solution idéale. Elle est belle, sportive, pratique; alors que peut-on vraiment lui reprocher?

Si la Sportback, issue de la plateforme de l’A4,  est spacieuse, elle reste néanmoins une stricte 4 places avec toujours une garde au toit limitée aux places arrières pour les personnes de plus de 1.80m, principalement à cause de la ligne plongeante du hayon.

Ce dernier offre un excellent accès au coffre dont la capacité de 480l passe à 980l une fois les sièges arrières rabattus mais manque un petit peu de profondeur et aurait pu aisément dépasser la capacité du coffre de la berline.
Le design intérieur est un pur produit Audi. Les amateurs de la marque apprécieront le mélange de sobriété, de sportivité et de luxe. Notre véhicule d’essai est particulièrement bien équipé avec un V6 3.2l FSI Quattro aux sièges bicolores crème et gris du plus bel effet, des Potenza de 18″ et c’est sur les magnifiques routes sinueuses de Toscane que nous avons pu tester le comportement routier de la Sportback.


Côté transmission, la Sportback ne nous laisse pas en reste avec la transmission intégrale permanente quattro avec différentiel central autobloquant, ESP, deux embrayages à disques à commande électro-hydraulique en bain d’huile, une boîte mécanique directe à 7 rapports S tronic à commande électrohydraulique.

Une fois sur la route la Sportback s’avère extrêmement polyvalente, à la fois confortable, maniable, puissante et coupleuse (330Nm) mais un peu moins dynamique dans son comportement en mode standard, que son design agressif aurait laissé imaginer à première vue. La sélection du mode châssis en dynamique efface le léger roulis dans les enfilades serrées, juste assez pour nous faire oublier qu’il ne s’agit pas d’un coupé sport mais bien d’une berline 5 portes à Hayon. La direction est précise et directe, le dos est bien maintenu par les sièges sport et le comportement routier très plaisant à condition de ne pas attaquer à outrance, même si la Sportback s’en tire plutôt bien dans de telles conditions grâce à sa transmission intégrale répartie à 60% sur l’arrière.
Les reprises en sortie de courbe sont excellentes. Le V6 FSI de 265cv est donné pour un 0 à 100 en 6,6 secondes et une vitesse de pointe de 250km/h ce qui est loin d ‘être ridicule pour une voiture de 1650kg, soit 100kg de plus que le coupé.

La Sportback sera proposée en concession à partir de Septembre avec dans la gamme essence, les 2.0 TFSI de 211 ch et V6 3.2 de 265 chevaux et dans la gamme diesel les 2.0 TDI de 170 ch, 2.7 l TDI de 190 chevaux et 3.0 l TDI de 240 ch avec S-Tronic. Elle sera proposée à travers quatre niveaux de finition : Attraction, Ambiante, S-Line et Luxe. La grille des tarifs débute à partir de 33 800 euros en essence (2.0 TFSI) et à partir de 35 850 euros en diesel (2.0 TDI).

http://www.dailymotion.com/swf/video/xa3haa
Essai Audi A5 Sportback
envoyé par leblogauto.

Une production 3Lezards.com

La Sportback risque fort de faire du tort à la concurrence sur ce type de segment et Audi ne peut que s’en réjouir, à moins que les premières concurrentes à souffrir de l’arrivée de la Sportback ne soient déjà affublées des célèbres quatre anneaux.

214155214146214149200270214158


Un grand merci à Anouck Hautboit de Morninglory pour s’être plongée un instant dans le monde automobile pour assurer la voix off de cette vidéo.

N’hésitez pas à visiter le site pour découvrir una approche très décalée de la finance.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz