Accueil Fun Nostalgie: pubs de dune buggy

Nostalgie: pubs de dune buggy

181
4
PARTAGER

De la fin des années 60 au milieu des années 70, les dune buggy étaient les rois des plages Californiennes. Ils étaient produit par des dizaines d’artisans avec des moyens trés limités. D’où des pubs avec des engins délirants et fleurant bon l’amateurisme…

Les buggy seraient nés à la fin des années 50. A l’époque, des Californiens eurent l’idée de transformer leurs Cox en tout-chemin. Il suffisait d’enlever les ailes, d’y ajouter des pneus et des suspensions adéquates et voilà!

Au début des années 60, EMPI commence à fabriquer en série des Cox kitées, les Imp:

Néanmoins le décollage a lieu avec Bruce Meyers. Venu de la construction de bateaux en fibres de verre, il a l’idée d’appliquer cette technique aux buggy. Il ne garde que la plateforme de la Cox et y pose dessus une carrosserie en fibres de verre. C’est ainsi que nait la Meyers Manx.

Pour la vendre, il inaugure la photo du buggy en plein jump. Encore qu’ici, on a l’impression que le pilote n’a pas très confiance:

A la grande époque, Meyers possède des distributeurs sur l’ensemble du territoire US et presque tous reprennent le concept de la photo de buggy en plein jump:

La carrosserie en fibres de verre de Meyers n’avait rien de sorcier. Du coup, les clones se multiplient:

Pour les prospectus l’autre tendance est le buggy sur une dune, avec une starlette en bikini:

Plus original, ce concessionnaire qui a tenu à superposer des photos de toutes ses voitures en stock. Alors, vous voulez laquelle?

Le motor home spécial buggy. Il permet de caser deux véhicules et malgré tout, il resterait assez de place pour loger 6 personnes:

La carrosserie en fibres de verre permet de prendre beaucoup de liberté. Certains en profitèrent pour remplacer le « katrapla » par un moteur de Corvair (comme Steve McQueen dans l’affaire Thomas Crown), voir un V8. Récemment, un amateur a même monté un boxer turbo d’Impreza WRX (j’espère qu’il sait maitriser les wheeling.)

Côté carroserie, l’époque est au style « néo-classique ». D’où des buggy « hommage ».

Voici un buggy vaguement inspiré par un rod Ford T:

Un buggy inspiré par les Stutz des années 30. Les propriétaires de la marque (alors en pleine résurrection) ont du apprécier que l’on utilise le nom sans leur accord…

Et en enfin, le buggy façon Lotus Super Seven! Dis, Colin, pourquoi tu tousses?

Au début des années 70, le marché des dune buggy fut saturé. Trop spartiate et d’une finition souvent passable, le buggy est inutilisable au quotidien. La clientèle finit par lui préférer les mini-trucks. Et les quads les ont chassés des dunes.

En course, les buggy se radicalisèrent avec l’apparition du châssis tubulaire. Les Chinois tentent d’ailleurs d’entrer dans la danse des buggy de compétition. Hubert Auriol et Jean-Louis Schlesser s’imposèrent au Dakar avec des buggy 2 roues motrices. Mais ces engins n’ont plus grand chose à voir avec les Cox.)

Le phénomène quitta les Etats-Unis. En France, il y eu notamment le Bab’ Buggy de Baboulin, le River Baja de Gérard Godfroy (futur co-fondateur de Venturi), le Buffalo (qui a bien failli s’imposer au Neiges et glaces 1973 avec Guy Fréquelin au volant) et les LM Sovra de Michel Landois.
LM survivra tant bien que mal jusqu’en 2003 (où elle portait alors le nom de Auch Autos.)

Source:
Dune Buggy Archives

A lire également:
Le conducteur du jour: Charles Bukowski’s style
Monospaces VW

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz