Accueil Essais Essai Renault Megane R26R

Essai Renault Megane R26R

214
60
PARTAGER

Descendante directe de la Mégane F1 Team R26, la R26R rajoute sans complexe le R de Radicale. Rendez-vous avait été pris lors du dernier salon de Genève, il ne nous restait plus qu’à prendre possession des clefs et de tracer la route jusqu’au circuit des Ecuyers à l’Est de Paris pour voir ce que la détentrice du record du tour du Nurburgring  dans la catégorie traction de série, a vraiment sous le capot.

Les amateurs de sportives seront ravis, la Megane R26R a été conçue comme une voiture de course avec, bien évidemment,  les avantages et les inconvénients que cela peut procurer…La R26R est une voiture d’égoïste en mal de sensations. A moins que votre amie ne soit un modèle rare de compréhension vous ne serez pas populaire à la maison. Pour ce qui vous concerne par contre, la sensation sera tout autre dès que vous arriverez à vous insérer dans le baquet et que vous vous serez harnaché au point d’avoir les lèvres légèrement cyanosées. Renault en a fait une série limité extrême réservée à 450 fondus et seulement 126 sur la France, autant dire que son look ravageur fera de vous une célébrité locale avec peu de risque de concurrence à quelques km à la ronde.

En effet la R26R n’est pas un modèle de discrétion, elle présente bien au contraire quelques signes extérieurs de sportivité qui vous propulseront dans la sphère restreinte des propriétaires de futurs collectors. A l’origine de cette réputation enviable, un capot en carbone, des jantes rouges, une bonne dose de stickers, un aileron et si l’on jette inévitablement un coup d’œil à l’intérieur, des baquets carbone affublés de harnais 6 points, une cage, un volant sport, un pédalier en alu et l’élimination méthodique de tous les artifices qui pèsent pour arriver à une économie de poids de 120kg. De toute façon, vu le bruit ambiant, il ne sert pas à grand chose d’avoir un auto radio, nous allions dès les premiers km pouvoir confirmer cela.

Grimper à l’intérieur de la R26R est une expérience particulière même pour les amateurs de sportives. La position de conduite est un peu engoncée tellement les baquets sont envahissants et le harnais est un vrai 6 points. La sortie de Paris étant la sortie de Paris, une heure de bouchons auront tôt fait de nous faire déchanter. Le harnais qui semble une excellente idée, pour des raisons de sécurité évidentes, devient rapidement impraticable avec des entrées et sorties fréquentes ainsi qu’un véritable cauchemar  pour certaines parties de l’anatomie masculine que la décence m’interdit de mentionner sur ce blog familial.

Le bruit enivrant sur les accélérations sur routes ouvertes peut, couplé à la dureté du châssis, devenir une autre source d’irritation dans de telles conditions. Vous l’aurez compris, la R26R est plutôt du genre cheval sauvage et prairies texanes que troupeau de moutons en route pour l’abattoir. Au bout de deux heures de route, nous arrivons donc éreintés au Circuit des Ecuyers ou cette très belle piste vallonnée de 3.5km semble beaucoup plus en adéquation avec notre véhicule du jour, dont la calandre semble soudainement arborer un sourire de soulagement.

Apparemment elle n’est pas la seule, le 2l Turbo de 230cv plutôt docile à bas régime avait de toute évidence besoin d’un souffle d’air frais qu’il trouvera à l’approche des 5000t/mn. D’entrée de jeu, la Megane R26R prend toute sa dimension.  Son châssis est d’une efficacité redoutable grâce à son train avant à pivot découplé, son différentiel à glissement limité et à un train de pneus Toyo Proxes R888 (en option). Au bout de quelques tours, les slicks retaillés sont à température et procurent des sensations surprenantes pour une petite GT. La précision de la direction et du train permettent d’attaquer sans la moindre appréhension les points de corde sur les vibreurs et de sortir avec un maximum de puissance et de stabilité des longues courbes en dévers du circuit des Ecuyers. Encore plus surprenant, le freinage et la tenue de route sont toujours optimum au bout d’une heure de traitement sauvage sur piste sèche. A aucun moment d’ailleurs cette Mégane ne nous aura mis en difficulté malgré des passages à répétition sur les vibreurs. Elle n’est certes pas aussi joueuse qu’une propulsion mais c’est l’efficacité qui compte et cela se ressent dans le chrono, comme l’attestent les résultats du Nordschleiffe.

Le retour vers Paris après une telle journée devrait être plus reposant, après tous, les lombaires ont bien dû s’accoutumer à ce traitement de choc… Peu en fait, le trajet de retour étant équivalent à l’aller,  le harnais, comble de l’imprudence, sera décroché manu militari à 500m de l’arrivée tellement il est devenu inconfortable.


Essai Renault Megane R26.r
Une production 3lezards

A €34500, la Megane R26R est un concentré de dynamite qui vous procurera un véritable plaisir sur route fermée mais que nous vous conseillons tout de même de tester en conditions de trafic avant de signer le chèque, juste pour vous assurer que votre tempérament quotidien est bien en adéquation avec cette bête sauvage.

198593198569198551198554198557198563198566198617198539198584

Un grand merci à Philippe de Korsak pour nous avoir accueilli sur le circuit des Ecuyers et à David Launay de KARTING45.com pour avoir organisé cet essai et partagé le volant de la R26R.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz