3 réponses
  1. attachboy
    attachboy à |

    étonnante histoire que celle de Violette Morris !

    je suis en train de lire un livre récent sur elle, « violette Morris, histoire d’une scandaleuse » par Marie Josephe Bonnet.

    L’auteure de ce livre a éplucher les archives pour essayer d’en savoir plus sur cette femme. Elle n’est pas d’accord sur la version officielle de sa mort.

    D’après elle, ce n’est pas Violette Morris qui était viser dans l’attentat qui lui a couter la vie, mais peut être un autre personnage qui se trouvait dans sa voiture avec sa famille.

    Les zones d’ombres seraient d’ailleurs nombreuses, et les historiens qui se sont penchés sur son histoires ne sont pas d’accords entre eux à son sujet.

    Le non de Violette Morris ne figurerait nul part sur les a

    Était elle la « hyene de la gestapo » ou une simple collaboratrice ? personne ne le sait.

    Dommage en tout cas que cette femme est mal tourner, car son histoire sportive est étonnante, mais occulter par la fin de sa vie plus que sinistre.

    Répondre
  2. Alain Lozeron
    Alain Lozeron à |

    Aujourd’hui encore il est plus facile pour un Chercheur ou un Historien d’aller consulter les Archives étrangères, d’Allemagne, ou celle d’Angleterre, voir les U.S.A. En France il reste encore de nombreuses personnes au passé flou, 1936/1950 qui ne
    veulent sous aucun prétexte que l’on aille »fouiner » dans les Archives Nationale, bien qu’ouvertes en quasi totalité sur la 2ème
    Guerre Mondiale. J’en veut pour preuve, l’histoire des Compagnons de la Libération, dont certain morts aux Champs d’Honneur, des Forces Françaises de l’Intérieur, non Gaullistes et pour certains d’entre eux les archives ont étés détruites par
    des factieux, alors allez imaginer des Collabos, voir des Agents du S.D. En Allemagne il est beaucoup plus facile de savoir qui a fait quoi, pour le compte de qui, à condition qu’il ai été enregistré par les Services du Contre Espionnage, ce qui est le cas de
    plus de quatre vingt % des dossiers. Seul contrainte il faut parler l’Allemand. Mon Père a été déporté a été Compiègne, puis Matahausen, ensuite évadé, après sa mort en 1971 nous avons cherché à savoir un peut ce qui lui était arrivé, c’est dans les
    archives de la Gestapo, à Nuremberg que l’on a trouvé les motifs de son arrestation et aussi de son délateur! À bon entendeur…

    Répondre
  3. automobi
    automobi à |

    Bonjour,

    Quel est la source qui vous permet d’impliquer Philippe Maillard-Brune dans cet attentat ?

    Répondre
Poster un commentaire