Accueil Actualités Entreprise Daimler/Chrysler : l’Allemand renonce

Daimler/Chrysler : l’Allemand renonce

34
17
PARTAGER

Épilogue suite à des mois et des mois de tirs croisés hostiles entre Cerberus et Daimler. Alors que quelques jours en arrière seulement Dieter Zetsche espérait un dénouement final avant la fin de l’année et la vente des 19,9 % restants au capital de Chrysler, le constructeur allemand indique dans un communiqué renoncer à sa part et au remboursement de la dette que l’Américain lui devait toujours. Fermez le ban.

Pour mieux comprendre la décision de Daimler, il suffit déjà de savoir que la dette de Chrysler à son égard avait déjà été rangée au rayon des pertes et profits dans ses comptes 2008. En clair, tout ce qui aurait pu survenir dans le bon sens pour le groupe de Dieter Zetsche n’aurait finalement été que « du bonus ». Le groupe allemand renonce finalement à ses 19,9 % restants suite au rachat par Cerberus des autres 80,1 %.

L’accord signé entre Daimler et Cerberus prévoit également que l’Allemand devra alimenter un fonds à hauteur de 600 millions de dollars sur trois ans afin d’abonder un fonds retraite maison et « assurer le paiement des retraites des anciens employés de l’ensemble Daimler/Chrysler« . Ceci se traduira financièrement par un manque à gagner de 700 millions de dollars sur son résultat opérationnel du deuxième trimestre.

Conséquence ? Cerberus et Chrysler disposent d’une petite marge de manœuvre financière supplémentaire alors que le 30 avril se profile à l’horizon avec la dernière présentation du plan de sauvetage du constructeur américain.

Mais si ce point avec Daimler est donc définitivement réglé, un autre souci majeur s’avance. Les discussions entre les banques (Citigroup, Morgan Stanley, Goldman Sachs et JP Morgan Chase), le Trésor et le constructeur dans le cadre de la réduction de la dette s’avèrent extrêmement compliquées. Il reste finalement environ 48 heures aux parties pour s’entendre sur une dette de 6,9 milliards de dollars.

A lire également. Daimler/Chrysler : le cas régél avant fin 2009, Daimler/Chrysler : les négociations compliquées, Daimler/Cerberus : le dialogue pour Chrysler compliqué et Daimler souhaite vendre ses dernières parts dans Chrysler.

Source : Daimler et Automotive News.

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz