Image absante

Continental : fermeture “éventuelle” de l’usine de Clairoix

continentalboueesauvetage Continental : fermeture “éventuelle” de  lusine de Clairoix Les salariés de l’usine Continental de Clairoix risquent de passer une mauvaise nuit …

Si le site – qui produit des pneus tourisme et camionnettes – semble être sur la sellette, l’incertitude est de mise … loin d’être un gage de sérénité.

Si l’on en croit les propos tenus samedi par la direction de l’usine, le site de l’équipementier automobile allemand situé dans l’Oise pourrait fermer. Selon lui, cette « éventualité » doit être « prise au sérieux ». De lourdes conséquences en perspective pour environ 1.100 personnes.

Le responsable justifie les mesures prises par une importante baisse de la demande clients par rapport à l’année dernière, notamment en ce qui concerne Toyota. “L’écart entre la demande et la capacité de production est important », a ainsi indiqué Louis Forzy, selon qui Continental, « comme toute entreprise, doit toujours avoir à l’étude tous les scénarios possibles ». Néanmoins, dans le contexte ambiant, les plans de réduction pourraient avoir plus de “succès” que des plans d’augmentation ».

Selon le directeur de l’usine, il n’y aurait “pas volonté de Continental de se désinvestir de la France en termes industriels ». Reconnaissant toutefois que le site de Clairoix, « le plus cher du groupe », serait à ce titre « le plus menacé ».

Si en novembre 2008 déjà, la CFDT avait déjà exprimé ses craintes de voir l’usine fermer courant 2009, la direction avait formellement démenti à la suite une telle éventualité.

En décembre, Serge Bonnel, directeur général de Continental France, avait assuré qu’il n’y aurait pas de plan de fermeture du site. Tout en rappelant les mesures prises : nombre de postes d’intérimaires passés de 300 à 50 personnes, augmentation du nombre de jours de chômage technique et mis en place d’un plan d’économie de 3,5 millions d’euros ».

Mais désormais, si la fermeture du site était décidée, les mesures prises pourraient conduire à la plus importante vague de suppressions d’emplois en France depuis le début de la crise du secteur automobile.

Pour l’heure, la direction de l’entreprise n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet, mais l’un de ses dirigeants a néanmoins indiqué que la baisse de 27% des ventes de voitures enregistrée en Europe en Janvier nécessitait des ajustements.

Alors qu’un comité central d’entreprise (CCE) extraordinaire a d’ores et déjà été fixé au 16 mars prochain à Reims, les syndicats ont parallèlement lancé une procédure de droit d’alerte. Une cinquantaine de questions concernant notamment l’avenir et la viabilité de l’usine ont été également adressées à la direction.

Quoi qu’il en soit, la production de l’usine est interrompue depuis vendredi après-midi, et le sera jusqu’au jeudi 5 mars à 06H00.

D’autres périodes de chômage partiel ont été annoncées en comité d’entreprise pour environ 4 à 5 semaines jusqu’à fin septembre, en fonction du niveau de stocks.

L’usine, qui produisait en 2008 un peu moins de 7 millions de pneus, a revu son budget de production pour 2009 à la baisse, à 5,15 millions de pneus.

Sources : AFP, Reuters, Le Parisien, Challenges

Poster un commentaire