Image absante

Les jobs de l’automobile: chauffeur de grande remise

diamonds limousines Les jobs de lautomobile: chauffeur de grande remiseLes beaux jours arrivent. Festival de Cannes, Roland Garros, Salon du Bourget, Tour de France, Prix de l’Arc de triomphe… Le point commun de tout ces événements? La file d’attente de limousines noires qui patiente devant. Le Blog Auto va tout vous dire sur le métier de chauffeur.
carrosse Les jobs de lautomobile: chauffeur de grande remiseTout d’abord, on ne dit pas « chauffeur de limousines », mais chauffeur de « grande remise » (c’est le terme officiel) ou GR. L’origine remonte aux carrosses: les nobles en avaient un petit pour le quotidien et un énorme pour les grandes occasions. Donc, pour le stocker, il fallait une grande remise et son cocher était donc le chauffeur de [carrosses stockés dans la] grande remise.

En tant que chauffeur de grande remise, vous transportez des clients qui payent pour voyager… Donc l’Etat veut éviter la grande remise « sauvage ». Ce qui fait un véhicule de GR, ce n’est pas sa taille, mais la petite bague grise qu’il porte sur sa plaque.

Quel formation est necessaire?
chauffeur Les jobs de lautomobile: chauffeur de grande remiseIl n’y a pas de diplôme. Tout le monde, de 18 à 60 ans, peut faire ce travail a priori: professionnels travaillant à plein temps dans ce métier, étudiants, chômeurs, saisonniers qui veulent arrondir leurs fins de mois entre deux « saisons », policiers en RTT, etc. Un permis de conduire valide est évidemment requis (certaines entreprises vous feront même passer un examen de conduite), ainsi qu’une bonne présentation. Dans 99% des cas (voir plus loin), on vous demandera de parler anglais (toute langue supplémentaire est bienvenue) et une bonne connaissance des lieux (conseil: potassez le Guide Rouge Michelin pour connaître par choeur tous les restaurants *** et les hôtels *****.)

Où sont les annonces?
plaquegr Les jobs de lautomobile: chauffeur de grande remiseLes petites entreprises recrutent au bouche à oreille et sur candidatures spontanées. Les autres mettent de discrètes annonces dans Le Figaro ou Libération.
Pour les grands événements, les entreprises ont besoin simultanément de 200, voir 300 chauffeurs, qu’elles forment: une fois que vous avez passé l’entretien, on vous donne une promesse d’embauche, vous devez passer ensuite un examen médical, puis vous pourrez décrocher votre attestation provisoire (valable un an) à la préfecture. A contrario, les petites entreprises veulent des chauffeurs disponibles de suite: pas d’attestation, pas de job.

Quel type de mission?
Limousine lincoln Les jobs de lautomobile: chauffeur de grande remiseLe terme GR regroupe de nombreuses réalités. Oubliez néanmoins les 35h et le code du travail. Même les entreprises les plus sérieuses flirtent avec l’illégalité.
- Le « shuttle »: job de base, qui consiste à transporter un certains nombre de personnes, durant x jours, entre leur hôtel et le lieu de l’événement. Vous partez les chercher le matin, vous rentrez chez vous et vous les ramenez le soir. Salaire à la journée, payé entre 110 et 150 (selon que vous travaillez la nuit ou pas.) Pourboires rares (vous transportez l’intendance.)
- La « dispo »: proche du shuttle. Vous vous occupez d’un groupe de personnes pendant x jours et devez les conduire partout où ils veulent (voilà pourquoi on vous demandera de connaître les hôtels, les restaurants et certains lieux moins fréquentables…), toute la journée. Salaire à l’heure, payé entre 8 et 10 de l’heure (avec bonus pour les heures entre 19h et 8h du matin et les heures de déjeuner.) Pourboires en fonction de la nationalité du(es) client(s) (nuls si c’est un Français, moyens avec les Américains et élevés avec les habitants du Golfe.)
- La « suiveuse »: vous suivez la dispo toute la journée. Il s’agit parfois de transporter les gardes du corps, voir de faire les gardes du corps voilà pourquoi ce sont généralement les policiers en RTT qui font ce type de mission car en cas de problème ils peuvent sortir leur carte. Salaire: ? (les policiers ne sont pas censés travailler quand ils sont en RTT et a fortiori dans des missions où ils jouent avec leurs statuts; d’où une extrême discrétion sur leur job.)
- Le « spare »: vous êtes là en supplément. Votre job consiste à intervenir le jour où l’un des shuttles ou des dispos a un empêchement (ou bien qu’exceptionnelement, il y ait plus de personnes à transporter.) Le reste du temps, vous attendez, attendez, attendez… Salaire: de 0 à 80 par jour (certaines entreprises peu scrupuleuses ne payent que les jours où vous avez effectivement travaillé.) Pourboires: tant que vous ne roulez pas, vous ne risquez pas d’en toucher…
- Le « transfert »: il s’agit de conduire une fois x personnes entre un point A et un point B (par exemple, venir chercher des clients à l’aéroports et les amener à leur hôtel.) Ensuite, on peut vous demander de faire de la « dispo cachée »: conduire les personnes à leur hôtel, puis ensuite de leur hotel au restaurant, puis du restaurant à tel point, etc. Salaire: entre 30 et 50 par course. Sachant que vous devez aller chercher le véhicule, aller au point A, attendre vos clients, aller au point B et retourner le véhicule, vous êtes vite perdant par rapport à une dispo. Pourboirs: voir dispo.
- Chauffeur de limousine: un rêve de chauffeur. Vous êtes rattaché à un hôtel ou à une personne et travaillez au quotidien. Vous bénéficiez d’un CDD ou d’un CDI (alors que dans les autres cas, vous êtes intermitent du spectacle.) Salaire: à la course ou à la journée.

Quelles voitures?
Limousine Les jobs de lautomobile: chauffeur de grande remiseOubliez les Lincoln et autres Hummer « stretched ». Pour le shuttle et les transferts, les minibus Mercedes et VW composent le gros des effectifs. Pour les V.I.P., la Classe S (parfois blindée et parfois munie de plaques CD) est quasi-obligatoire (sauf au Bourget où Finmecanicca exige des Quattroporte) et seuls les chauffeurs ayant fait leurs preuves peuvent en bénéficier. Pour le reste, sachez que les constructeurs français bradent leurs surplus de C5, Laguna, Vel Satis et autres 607, donc vous savez ce que vous risquez de conduire…
Evidemment, votre voiture doit être toujours propre et N’OUBLIEZ PAS DE FAIRE LE PLEIN (ça peut avoir l’air idiot, mais des GR qui tombent en panne d’essence avec un client derrière, cela arrive plus souvent quer vous ne le croyez.) Le soir, la voiture retourne au garage. Vous pouvez la garder avec vous si vous avez un box. Ca vous évitera des trajets inutiles si vous travaillez plusieurs jours de suite. Les filous raconteront qu’ils ont un box, alors que ce n’est pas le cas. Mais après, c’est à vos risques et périls (imaginez la durée de vie d’une Classe S sur un parking entre deux cités…)

Quelle carrière?
portemercedes Les jobs de lautomobile: chauffeur de grande remiseDifficile d’en faire un métier. Si vous cherchez à gagner un peu d’argent, c’est un job sympa (surtout sur les événements où vous pourrez facilement raconter n’importe quoi à l’entrée pour pouvoir rentrer gratuitement.) Vous en garderez de beaux souvenirs (la conduite d’une berline de luxe, le transport de people ou d’hotesses en minijupe…)
Passer pro est une autre paire de manches. Comme tout job de prestataire, vous avez quantité de candidats. Il faudra que vous fassiez vos preuves. Les entreprises de GR ont tendance à sur-recruter (afin d’avoir toujours un maximum de chauffeurs disponibles de suite.) Donc, ce n’est pas parce que vous avez signé un contrat que vous aurez du travail au quotidien. Vous devrez laisser le portable allumé et attendre le coup de fil providentiel… (D’où des difficultés à boucler vos fins de mois.) On vous proposera surtout des transferts au début. Vos horaires seront irréguliers: parfois, vous irez chercher un client à l’aube et parfois, il arrivera par le dernier train. Au moindre faux pas, vous baisserez dans la hiérarchie. En cas de litige, on vous dira facilement: « Si ça ne vous plaît pas, la porte est ouverte! Moi, j’ai 40 chauffeurs comme vous qui attendent. » De plus, sachez que c’est un milieu fermé, où tous le monde se connaît: en cas de vagues, vous risquez d’être grillé partout.
Il faut deux, voir trois ans pour se faire un nom.

Un témoignage (un peu romancé et à reserver aux lecteurs avertis):
Les chauffeurs de limousine pensent aussi

20 réponses
Page 1 de 2 Suivant →
  1. beniot9888
    Ben à |

    Pour avoir pu faire chauffeur VIP au circuit de Magny Cours pendant le grand prix de France, je tiens à rajouter ceci :

    Hormis cas exceptionnels, les mots « merci, Thank You, Danke… » ne font pas partie du vocabulaire des gens que l’on transporte. Le plus souvent, il y a un truc au volant qui déplace le véhicule, mas ce n’est pas un être humain digne de considération… D’ailleurs, même s’il convient de toujours dire Bonjour (ou Hello…), il convient aussi de ne pas le dire trop fort, au cas ou le VIP aurait prévu de vous ignorer, il ne faudrait pas qu’il se sente obligé de vous répondre.

    Une mention particulière à David Coulthard qui m’a salué en montant dans la navette et qui m’a serré la main pour me remercier(celle là, je m’y attendais pas !) en descendant.

    A l’inverse, un pilote (d’essai, à l’époque) Espagnol qui a travailé pour Renault (suivez mon regard…) n’a fait que bouder au fond du monospace tout le temps du trajet.

    Répondre
  2. Flo
    Flo à |

    TRès intéressant comme article!

    Ou les envers du décor d’un job que l’on imagine toujours devant un tapis rouge à Cannes ou alors comme pilote devant échapper à une horde de paparazis ou de tueurs à gages avec une créature qui vous saute dans les bras à la fin…

    Répondre
  3. r.burns
    r.burns à |

    La politesse ne fait pas de mal, mais quand c’est ton job et avec les milliards en jeu, ça peut passer après ;)

    Répondre
  4. charles
    charles à |

    Finnmecanicca = Finmeccanica… un seul N
    Dsl, c google qui di ça, comme je voulais savoir ce que c, et donc c un peu l’équivalent d’EADS mais pour les Italiens.
    Bon Dimanche !

    Répondre
  5. interessant
    interessant à |

    Très intéressant. Effectivement si on transporte des VIP, il faut rester poli et pro, même si on a pas de retour. Ca fait partie du job. En revanche, conseil gratuit pour ceux que ça intéresse, évitez la société Eli** Limousines, des arnaqueurs de première, ou alors allez au choc frontal dès qu’il y a un pêt de travers ;-)

    Répondre
    1. CHEVALIER
      CHEVALIER à |

      Bonjour, Pourriez-vous m’informer sur les Stés à contacter, sur le net on propose des formations et c’est pas le but pour moi, j’aimerais si c’est possible « arrondir  » mes fins de mois très très difficiles… Merci

    2. BOULAY
      BOULAY à |

      OUI UN MILIEU POURRI QUE J AI BIEN CONNU SUR PARIS ;CE N EST QUE MA GOUILLES ET COMPAGNIE ET FRIC POURRI et FACILE !!!
      pas assez de controles ds ce milieu n importe qui fait n importe quoi .J AI BOSSE POUR DES TYPES AVEC DES FX NOMS ,les magouilles j y reviens avec concierges hotels qui s empochent des coms enormes ect….
      ACTUELLEMENT SE MEFIER DES BRESILIENS/ RUSSES/ CHINOIS PAS EN REGLE, QUI PIQUENT LES CLIENTS …bon courage pour ceux qui veulent rentrer ds ce milieu .CELA N A FAIT QU EMPIRER !!!!

  6. paullo
    paullo à |

    ayez une pensée pour M. Paul qui a fini contre un pilier sous un tunnel, en transportant une princesse.
    les risques du métier…….

    Répondre
  7. Philippe
    Philippe à |

    Article intéressant, toutefois les entreprises sérieuses deviennent une denrée rare, la cause:
    la course au prix le plus bas (par les entreprises clientes, qui, avec des chauffeurs à dispo à l’année, vont jusqu’à refuser de payer les heures sups!), ce métier de chauffeur de GR, devient un job de « créve la faim », les sociétés de GR préfèrent prendre de plus e,n plus de jeunes sans expérience (ils coûtent mopins chére!)

    Répondre
  8. Fredo
    Fredo à |

    Super article. Notre ami aurait aussi pu évoquer les problèmes de stationnements, de trafic, de gestion du temps, qui font aussi partie du quotidien. quoi qu’il e soit, j’ai trouvé ça « fouillé » et bien écrit.

    A propos du commentaire de « Paulo » sur les « risques du métier », il faut tout de même se souvenir qu’Henri Paul, au volant de la S600, avait plus de 1,5g d’alcool dans le sang. Mauvais exemple pour la profession … Que nenni: Il n’était pas chauffeur de Grande Remise .. lol !

    Car bien évidemment, la sobriété va de soi dans ce métier. C’est incontournable.

    Répondre
  9. Filou
    Filou à |

    Excellente synthèse. Bons commentaires de Fredo. J’ai 64 ans et découvre ce métier qui, s’il ne paye pas énormément, réserve de temps en temps de bonnes surprises. De la même façon qu’on a les clients qu’on mérite, on a les patrons qu’on mérite. Savoir rester pro,ne pas accepter les magouilles, reste le meilleur moyen, tant du côté employeurs que du côté employés, de satisfaire raisonnablement et efficacement les besoins d’un marché demandeur.

    Répondre
Poster un commentaire