Image absante

Steve McQueen

McQueen Le Mans Steve McQueenHier soir, il y avait Le Mans sur Arte. Comment ça: « J’étais pas au courant? » On vous a prévenu, alors c’est un tour de piste à Chateau-Lastour sur la troisième rangée d’un C4 Picasso! Bref, les plus jeunes d’entre-vous ont du se dire: « Mé C Ki le ga ac la combi gulf? »
Pour eux, voici un bref résumé de la vie de Steve McQueen (avec des vidéos.) Et prévoyez les boules Quiès, car une Mustang et une Dodge Charger, ce sont des voitures d’hommes, alors ça fait un peu plus de bruit qu’un HDI FAP…
bulitt Steve McQueenMcQueen restera dans l’histoire d’Hollywood comme l’un des derniers macho « old school ». Né en 1930, il eu donc l’enfance typique du genre: parents absents, visite des maisons de correction et passage chez les Marines.
En 1953, il sort du prestigieux Actor’s Studio. En 1955, il est le personnage principal de la série télé Au nom de la loi: Josh Rendall, un chasseur de prîme au temps du far west. Sur grand écran, il explose dans La grande évasion où il campe un personnage viril, mais drôle et cool, qui le suivra par la suite. Puis ce sera Bullitt en 1968, qui voit également les débuts de McQueen producteur. Le lieutenant Frank Bullitt sera copié: Belmondo (époque « toc-toc-badaboum ») lui piquera son pull col-roulé avec le holster par-dessus et les studios TMS/Toho s’en inspireront largement pour Cobra (même si McQueen n’a pas de bras-canon.) Hélas, premier revers, sa société Solar fera long feu. La même année, il tourne l’Affaire Thomas Crown, à l’époque il est Ze acteur a succès. Fan de voitures (on y reviendra), McQueen fait tourner Le Mans (même s’il n’en est pas le réalisateur) en 1971. Le public le boude et c’est le début de la fin: désormais, la mode est aux gens moins virils, plus fragiles (Woody Allen, Dustin Hoffman, Robert De Niro, Jack Nicholson, Al Pacino…) En 1974, il tourne La tour infernale, son dernier grand rôle. Après, il sera davantage connu pour la valse de ses épouses. Le cancer de l’amiante l’emporte en 1980.

Great escape Steve McQueenSteve McQueen était un fan de véhicules au sens large du terme: voitures, motos, avions, camions, bateaux… Il les bricolait souvent lui-même. Pilote de motocross à ses heures, ce n’est pourtant pas lui qui saute par dessus des barbelés sur un Triumph lors de La Grande Evasion: c’est Bud Ekins, un autre pilote de motocross qui devient ainsi cascadeur. Dans Bullitt, c’est également Ekins qui execute les fameux jump en Mustang. Ce sera les rares fois où il sera doublé. Aujourd’hui, la plupart des acteurs se font doubler lorsqu’ils conduisent, alors que durant l’Affaire Thomas Crown, McQueen est tellement content du buggy châssis court à moteur Chevrolet que conduit son personnage, qu’il effectue d’interminable tours avec. Le réalisateur finira par lui piquer les clefs pour l’obliger à tourner!
En vue du tournage de Le Mans, McQueen pilote une petite Porsche 908 avec Peter Revson. Mais, parce que c’est McQueen, il se casse la jambe dans une épreuve de motocross peu avant les 12 heures de Sebring… Qu’il terminera à seulement 26 secondes de la Ferrari officielle de Mario Andretti!

Allez, pour la route, la fameuse scène de Bullitt. Ca change des courses-poursuites pour fillettes des Taxi, hein?

http://www.youtube.com/watch?v=IJBXYb_QeeU

Récemment, grâce aux images de synthèse, Ford a pu en faire un remake pour promouvoir la Puma.

http://www.youtube.com/watch?v=iAlklV5TZrE

Moi, entre une Mustang « Bullitt » (une voiture de Trans-Am avec une peau de Mustang « stock »), une Triumph et une Puma, ce n’est pas la Puma que je garderait…

27 réponses
Page 1 de 3 Suivant →
  1. Pierre V.
    Pierre V. à |

    Merci pour cette évocation de ce fou de voitures (qui aimait bien les Porsche…) ; le film ne brille pas par la qualité des dialogues (…quels dialogues, au fait ?) mais les images sont un témoignage rare de ce qu’étaient les courses auto au début des années 70 (ambiance, strutures, circuit, les voitures etc.)… et quel bonheur de voir et entendre les 512 et autres 917 !

    Répondre
  2. alinx
    alinx à |

    autre clin d’oeil récent à Steeve McQueen: le héros de Cars (voiture de course rouge) qui s’appelle Flash McQueen…

    Répondre
  3. Bil
    Bil à |

    Bullitt, quel film!!

    La scène culte, rien à dire. C’était pas du pain de mie comme on nous en sert aujourd’hui.

    Répondre
  4. Olivier
    Olivier à |

    génial le blog auto , vous assurez trop , j’aime les commantaires « Moi, entre une Mustang Bullitt (une voiture de Trans-Am avec une peau de Mustang stock), une Triumph et une Puma, ce nest pas la Puma que je garderait »
    en plus c’est des paroles d’expert!

    La course poursuite la plus alluciante que j’ai vu c’est dans le film « jade » , à voir au plus vite!

    Répondre
  5. Keuze
    Keuze à |

    Bah moi, dans tout ça, la seule chose accessible aura été la même montre que McQueen dans Le Mans, une Monaco :love:

    Et encore, accessible, faut le dire vite :D

    Répondre
  6. Laurent Berreterot
    Laurent Berreterot à |

    Ah, les Ford Mustang fastback et Dodge Charger R/T, des muscle cars à la sonorité certes sauvage mais à la technologie de moissonneuse batteuse, même pour l’époque, et dont la fiche technique provoque quelques accès de franche hilarité ! Songez qu’elles possédaient encore des ressorts semi-elliptiques à l’arrière, comme une voiture hippomobile, et l’on comprend pourquoi la Citroën SM fut élue « meilleure voiture du monde » par un mensuel US lors de son arrivée outre-Atlantique…

    Mais, ne boudons pas notre plaisir, cette course-poursuite n’en reste pas moins jubilatoire !

    Répondre
  7. Keuze
    Keuze à |

    Pour info, une Mustang actuelle a toujours un essieu arrière rigide :D

    Répondre
  8. joff
    joff à |

    Il est vrai que le film « le Mans », c’est autre chose que le remake de m… nommé Michel Vaillant. :)

    Et, côté courses poursuites, sans chauvinisme aucun, je reste fan de Rémi Julienne et compagnie.
    Personne ne niera la qualité d’un « Ronin », en la matière.

    SMALLISPOWERFUL.SKYBLOG.COM

    Répondre
  9. skooler
    skooler à |

    et la course poursuite dans le transporteur1 n’est pas du bon niveau ?

    Répondre
Poster un commentaire