Accueil Essais Test TVR Sagaris: La danse de Saggie

Test TVR Sagaris: La danse de Saggie

133
18
PARTAGER

20050903tvr051 Jusque là, rien ne laissait présager de ce qui allait suivre. Les premiers hectomètres sont absorbés sans heurts dans une douceur fallacieuse. Si ce n’est son physique particulier, elle se fondrait facilement dans la circulation besogneuse des hauteurs cannoises. Et puis, ce sont les premières échauffourés. Le rond-point s’offre à nous comme une pièce jaune à Bernadette. Le décollage est viril, le quart de cercle est effacé dans un déhanchement d’une progressivité étonnante. La sortie du "tourne en rond" se vise d’une simple rotation du volant, envoyant l’arrière train dans un trémoussement inverse. Saggie, Sagaris pour les non-intimes, est une danseuse de première. Le ballet se poursuit à l’envie au gré de la topographie des environs de Gourdon. Les premiers enchainements sont bordés de murs inquisiteurs qui marqueraient à tout jamais les excès d’optimisme ou les erreurs de jugement du maître à bord. Ils n’auront pas cet honneur. Seulement celui de répercuter la musicalité "damnatrice" d’un Speed 6 déjà échauffé.
L’horizon se libère, le couloir de bitûme se fait plus large et Saggie s’emporte. Ses hurlements strient le bitûme de virgules de gomme et le contre-braquage fait son entrée dans le registre du chef d’orchestre. Au volant, l’homme fait corps, son regard s’aiguise, ses gestes se font plus rapides, les paroles sont absentes depuis déjà longtemps. Les crissements se mêlent aux cris de rage des échappements, emportant le pilote dans un paroxysme fusionnel d’une ampleur rare. On approche de la transe.

20050903tvr117b Les premières gouttes de sueur perlent. La circulation est l’occasion d’observer de près le tableau de bord. Non pas qu’on ait le temps matériel de détailler les commodos en alu mais plutôt que les pinces qui viennent mordre les disques de freins n’ont aucun mal à arrêter les 1000 kg de l’engin, vous envoyant derechef vous enrouler autour de votre ceinture de sécurité, le visage tout entier aspiré par le pare-brise. Et donc près du tableau de bord…

20050903tvr121b
Comme dans un jeu pervers, les 2 partenaires s’excitent mutuellement pour inciter l’autre à tutoyer sa limite. L’un pousse un peu plus les rapports, rudoyant sa belle dans des freinages de plus en plus tardifs, la jetant sans violence dans de saines dérobades, l’autre répondant avec ferveur à chaque demande, ne trahissant jamais son complice dans de misérables sous-virage castrateurs et accompagnant sa gestuelle d’une rigueur de rat d’Opéra.  L’Extase Suprême n’aura pas lieu, la route est ouverte et les convenances demandent une certaine retenue que seul un circuit saura faire oublier.
Romain Rousseaux, le souffle court, se tourne alors lentement vers moi : " C’est à toi."

Les fantasmes les plus mémorables sont ceux qui restent inassouvis. Peut être pas aujourd’hui…

20050903tvr126b_2 20050903tvr131b 20050903tvr101b_1

Poster un Commentaire

18 Commentaires sur "Test TVR Sagaris: La danse de Saggie"

Notification de
avatar
Trier par:   plus récent | plus ancien | plus de votes
marcello
Invité

oui et sinon vous comptez parler de la voiture ?

P.G
Invité

non pourquoi… :-DDD

en tout cas j’ai suscité l’envie dans savoir plus, c’etait le but.

marcello
Invité

le lyrisme c’est bien aussi, mais comme il avit été soulevé dans un commentaire précédent, nous on l’a pas conduit la voiture…
sinon TVR fait vraiment réver
un design de malade, des performances incroyab’
la solution : je joue au loto et je vous envoie les photos

enfin si je rentre dedans
parce que c’est beau de réver mais à 1m96 on rentre pas dans toutes les voitures…

Stingray
Invité

Sacré Garcia, toujours pince-sans-rire…

Bonne intro…Sinon je trouve l’ensemble un peu plus torturé et moins fluide que l’autre, voire tronquée sur l’arriére…

Mais, vos premiéres impressions…laissent préjager une  » mise en bouche  » perversement transmissible…alors attendons que la diva se dévoile et vous porte à l’incandescence !!!

Stingray
Invité

Marcello, j’ai bien peur que ce genre de  » phaéton  » ne soit pas accessible à tous les grands, les costauds et ceux qui sont enrobés ou détenteurs des  » abdos kronenb… »
car si on mate le mec en minijupe sur le dernier cliché, il semble que le genou soit au niveau du retour de la caisse…
Cela ne présage rien de bon pour…nous…comme d’habitude…rayon uniquement ablettes, menu fretin, etc …

wpDiscuz