Accueil Essais Essai Porsche Boxster 2005 – présentation

Essai Porsche Boxster 2005 – présentation

40
1
PARTAGER

Boxster_blogimageMerci à Porsche France d’avoir accrédité Le Blog Auto pour tester ses modèles, ce qui nous a permis un premier essai, celui du Boxster 2.7l.
Souvent critiqué par les puristes adeptes de la 911, pour son accessibilité par le commun des mortels  et son look urbain ce petit roadster nous a agréablement surpris. Mais avant de vous parler de ses performances et de son comportement sur route ainsi que sur circuit, faisons le tour de l’engin.

A premiere vue, le boxster reprend un air de la 911 nouvelle génération avec des optiques ovales et des entrées d’air un peu plus importantes. Les compartiment de rangement sont bien plus généreux que sur une 911 avec un coffre avant profond, idéal pour un grand sac mou, bien suffisant pour amener madame en week-end à Deauville. Les sièges sont d’un cuir de très bonne qualité et vous acceuillent avec fermeté, tout en restant très confortables. La position de conduite est excellente avec un tableau de bord facilement lisible et directement dans la lignée des tableaux de bord Porsche classiques. La position basse limite la vision arrière dans les manoeuvres mais s’avère un véritable plaisir dans les enfilades. Le Boxster est doté d’une boite de vitesse bien étagée et précise, d’un pédalier qui encourage le talon pointe et d’un volant sport sobre qui vous emmenera de freinage en point de corde, dans la limite des vitesses autorisées bien entendu.

Larrière préfigure la Cayman, présentée à Francfort lors du salon IAA. La capote coiffant les deux places et le cockpit sintègre bien dans les lignes équilibrées de la carrosserie. Avant de prendre place au volant, tout amateur de voiture de sport se doit de jeter un coup dil sur le moteur. Là, la Boxter décoit hélas, non pas parce que le moteur ne serait pas une belle pièce de technologie, mais parce quil est simplement invisible ! Seuls les orifices de remplissage des divers liquides tels que huile, glycol et DOT5, transparaissent au travers des moquettes des deux coffres. Ceux-ci sont agréablement grands, en tous cas par rapport à une 911, qui ne dispose pas de coffre arrière, et pour cause. La Boxter joue donc sur lavantage du moteur central en offrant un espace de rangement supplémentaire et non négligeable, mais ne sadresse pas a celui qui aime regarder et montrer ce qui se trouve sous le capot ! Dommage, mais bon donnons lui une seconde chance de nous convaincre en le mettant en route.

Lire également:
Essai Porsche Boxster 2005: comportement routier
Essai Porsche Boxster 2005: comportement circuit

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Notification de
avatar
wpDiscuz